18 janvier 2008

Plantagenêt

Plantagenêt est le surnom d'une dynastie princière dont le premier membre est Geoffroy V, comte d'Anjou et du Maine (1128-1151) et dont les successeurs régnèrent sur le royaume d'Angleterre de 1154 à 1399.

La légende raconte que Geoffroy V, dit le Bel, comte d'Anjou et du Maine, chevauchait dans une Lande près de la ville du Mans, lorsqu'il aperçut une licorne à tête de femme et vêtue d'un manteau d'or au milieu d'un champ de genêts. Bouleversé par cette apparition, Il choisit de faire de cette plante son emblème et d'en planter sur ses terres, d'où l'origine du surnom "Plantagenêt ".

Henri II Plantagenêt (1151-1189) est peut-être le plus important représentant de cette famille. Fils de Geoffroy, il réussit en l'espace d'une dizaine d'années, à concentrer entre ses mains de nombreux territoires : en 1154, il domine le royaume d'Angleterre, le duché de Normandie, le comté d'Anjou, le comté du Maine, le comté de Poitou et le duché d'Aquitaine. Quelques historiens appellent l'ensemble "l'empire Plantagenêt".

A l'origine, les Plantagenêt sont des princes français. Le premier membre, Geoffroy V Le Bel (1128-1151), est né au Mans, s'y est marié avec Mathilde l'Impératrice, fille et héritière désignée d'Henri 1er d'Angleterre et veuve d'Henri V de Germanie, empereur du Saint Empire Romain Germanique, qu'elle avait épousé à douze ans. Geoffroy V Plantagenêt est mort à Chateau-du-Loir le 7 septembre 1151, dans le comté du Maine. Il repose en la cathédrale Saint Julien du Mans. Cette union ne créera pas immédiatement l'empire Plantagenêt. Mathilde est évincée du trône d'Angleterre et de Normandie par Etienne de Blois à la mort d'Henri 1er en 1135. Geoffroy devra d'abord assurer ses possessions continentales en réprimant avec énergie des révoltes en Anjou (siège de Montreuil-Bellay 1149-51) et en menant plusieurs campagnes en Normandie dont il se proclame Duc en 1144. Il soutient mollement Mathilde débarquée en Angleterre en 1139 et qui renonçera à la lutte en 1148 mais non à ces droits. C'est son fils Henri II qui fera valoir ces droits par un voyage en Angleterre en 1153 où il contraint Etienne de Blois à le reconnaître pour héritier. Il est investi du trône en 1154. Bien que désormais roi d'Angleterre, Henri II choisit d'être enterré dans l'abbaye de Fontevraud, aux confins de l'Anjou et du Poitou. Richard Cœur de Lion (1189-1199), qui succède à son père Henri II, repose dans ce même monastère.

C'est à partir du règne de Jean sans Terre (1199-1216) que s'opère un glissement du cœur de l'empire Plantagenêt vers l'Angleterre. Ce roi perd en effet la Normandie, l'Anjou, le Maine et le Poitou en 1204-1205 et gouverne depuis l'île.

Après le désastreux règne de Jean sans Terre, l'Angleterre est dirigée par de grands rois Plantagenêt :

En 1399, le dernier roi Plantagenêt, Richard II (1377-1399), est renversé et remplacé par un cousin, le duc de Lancastre. La famille Lancastre est en fait une branche des Plantagenêt.

Ce surnom de Plantagenêt aura au cours de l'histoire anglaise un poids symbolique très important : ainsi, au XVe siècle, pour faire valoir ses droits à la couronne, le duc Richard d'York reprend le nom de Plantagenêt, son fils devient en 1461 le roi Édouard IV d'Angleterre.

Après la Guerre des Deux-Roses et l'accession au trône des Tudors en 1485 avec Henry VII, le nom de Plantagenêt disparaît. Le lignage subsiste cependant chez les Somerset, issus des Beaufort, eux-même issus de Jean de Gand, duc de Lancastre. Leur chef de famille actuel est David Somerset, duc de Beaufort.


Généalogie


Geoffroy Plantagenêt(1113-1151), comte d'Anjou et du Maine
x Mathilde d'Angleterre (1102-1167), reine d'Angleterre, fille d'Henri I
│ et petite-fille de Guillaume le Conquérant

└─>Henri II Plantagenêt (1133-1189), roi d'Angleterre
   x Aliénor d'Aquitaine (1122-1204), duchesse d'Aquitaine, comtesse de Poitiers
   │
   ├─>Henri d'Angleterre (1155-1183), Henri le Jeune dit Court Mantel"
   │
   ├─>Richard Cœur de Lion (1157-1199), roi d'Angleterre
   │  x Bérengère de Navarre (apr. 1170-v. 1230)
   │
   ├─>Aliénor d'Angleterre (1161-1214)
   │  x Alphonse VIII (1155-1214), roi de Castille
   │
   ├─>Geoffroy d'Angleterre (1158-1186)
   │  x Constance de Bretagne (v. 1161-1201)
   │  │
   │  └─>Arthur Ier (1186-1203), duc de Bretagne
   │
   ├─>Jeanne d'Angleterre (1165-1199)
   │  x Raymond VI (1156-1222), comte de Toulouse
   │
   └─>Jean sans Terre (1166-1216), roi d'Angleterre
      x Isabelle d'Angoulême (1186-1246)
      │
      ├─>Henri III (1207-1272), roi d'Angleterre
      │  x Eléonore de Provence (1223-1291)
      │  │
      │  ├─>Édouard Ier (1239-1307), roi d'Angleterre
      │  │  x Éléonore de Castille (1241-1290), comtesse de Ponthieu
      │  │  │
      │  │  └─>Édouard II (1284-1327), roi d'Angleterre
      │  │     x Isabelle de France (1292-1358), fille de Philippe IV le Bel
      │  │     │
      │  │     └─>Édouard III, Édouard de Windsor (1312-1377), roi d'Angleterre
      │  │        x Philippa de Hainaut (1311-1369)
      │  │        │
      │  │        └─>Édouard, le Prince Noir (1330-1376)
      │  │           x Jeanne de Kent
      │  │           │
      │  │           └─>Richard II (1357-1400), roi d'Angleterre
      │  │
      │  └─>Edmund de Lancastre (1245-1296)
      │
      ├─>Richard de Cornouailles (1209-1272), roi des Romains
      │
      ├─>Jeanne d'Angleterre
      │   X Alexandre II d'Écosse
      │
      └─>Aliénor d'Angleterre (1215-1275)
         x Simon V de Montfort (1209-1265), comte de Leicester

La Cité Plantagenêt

La vieille ville porte le nom de Cité Plantagenêt. Cette référence à la naissance de la dynastie Plantagenêt en ses murs met en lumière la diversité du patrimoine architectural.

Cité Plantagenêt

un nom chargé d'histoire pour la vieille ville.

DR

© DR

"Je recherche l'origine du nom de Cité Plantagenêt..."


Qu'est-ce qui différencie le Vieux-Mans du Vieux-Brest ou du Vieux-Marseille ? Si l'on s'en tient à cette appellation générale, peu de choses apparemment.
L'adjectif "Vieux" laisse seulement présager des quartiers anciens, vraisemblablement chargés d'histoire. Oui, mais quelle époque ? Quelle réalité patrimoniale ? En le rebaptisant "Cité Plantagenêt", l'endroit se singularise immédiatement. "On pense chevalerie, troubadours, légendes !", analyse Franck Miot, chargé de mission au Développement du tourisme urbain. La Ville mène de front plusieurs chantiers pour faire émerger une nouvelle image et faire (re)connaître la richesse de son patrimoine.
La dénomination a été retenue fin 2003, avec l'assentiment des historiens locaux. "Nous aurions pu nous focaliser sur l'enceinte romaine ou les hôtels Renaissance, nous avons choisi de mettre en avant l'époque Plantagenêt, celle qui nous a laissé le plus d'éléments en termes de richesses patrimoniales et de passé historique".

Découvrir le cœur historique »

Le nom de Cité Plantagenêt devait dès lors voyager et faire connaître la réalité d'un cœur historique superbement conservé. Les animations culturelles et patrimoniales sont fortement renforcées depuis 2005 avec une mise en scène grandiose pensée et réalisée par Skertzò : la Nuit des Chimères, en juillet et août, à la tombée de la nuit.

"Je suis les traces des Plantagenêts au Mans..."


L'ancienne capitale du Maine recèle de multiples traces de l'époque Plantagenêt. Les témoignages architecturaux, ce sont les murs et fenêtres des appartements privés des comtes et souverains Plantagenêts dans l'actuel hôtel de ville, la collégiale Saint-Pierre-La Cour, la nef de la cathédrale ainsi que, au-delà de la vieille ville, l'église de La Couture, l'église du Pré, l'hôtel-Dieu Coëffort et l'abbaye de l'Épau.
Parmi les événements majeurs, souvent à portée politique, on peut citer la naissance au palais et le baptême à la cathédrale de Geoffroi, qui sera le fondateur de la dynastie ; son mariage à la cathédrale avec Mathilde, héritière du royaume d'Angleterre ; la naissance et le baptême d'Henri, futur Henri II, roi d'Angleterre ; sans oublier la reine Bérengère, veuve de Richard Cœur de Lion, qui a vécu ses dernières années ici.
Le Mans est la ville par excellence qui peut s'approprier l'histoire des Plantagenêts quand on sait que ce mot y trouve son origine (quand Geoffroi chassait dans la campagne alentour, il parait sa chevelure d'un rameau de genêt en fleur).

En savoir plus »

Ville du Mans

© Ville du Mans

L’émail Plantagenêt,

conservé au musée de Tessé.

La ville royale

C'est par un mariage, au Mans en 1128, que commence l'histoire des Plantagenêts, celui de Geoffroy V le Bel et de Mathilde, fille du roi d'Angleterre. Geoffroy est surnommé Plantagenêt car, lorsqu'il chasse, il plante dans sa coiffure un brin de genêt.

Le palais royal Plantagenêt

abrite l'hôtel de ville.

Gilles Moussé

© Gilles Moussé

Le palais royal Plantagenêt

De ce palais, qui abrite aujourd'hui l'hôtel de ville, ne subsiste que des murs et des fenêtres romanes murées. II a vu naître le comte Geoffroy V et son fils Henri II, futur roi d'Angleterre, tandis que la reine Bérengère y a vécu son long veuvage, après la mort de son époux Richard Coeur de Lion.
À l'époque Plantagenêt, ce palais était accompagné d'une Sainte-Chapelle, aujourd'hui appelée collégiale Saint-Pierre-la-Cour. Les six travées de la nef existent toujours. Une chapelle haute, où était conservé l'étendard des comtes du Maine, la complétait. Ruinée par un incendie en 1720, elle abrite désormais le service de l'état civil.

L'église de la Couture


Ancienne abbatiale de l'abbaye Saint-Pierre et de Saint-Paul de la Couture, cet édifice de style gothique Plantagenêt, fondé par l'évêque Bertrand au VIe siècle, a servi de modèle à de nombreuses églises du Maine et de l'Anjou.
L'église renferme, outre le fameux suaire de Saint-Bertrand (IXe) conservé dans une très belle crypte où chaque chapiteau est différent, un mobilier très riche avec, entre autre, trois sculptures de Germain Pilon (datées de 1570) et cinq tableaux de Parocel (XVIIIe). Elle possède également le premier vitrail "archéologique" du monde. Au XIXe siècle, il a été recomposé dans l'esprit et la recherche des traditions des verriers médiévaux. II marque et symbolise le renouveau mondial de cet art dont Le Mans a été le centre le plus important : des cathédrales américaines conservent des œuvres réalisées dans les ateliers manceaux.

VDM

© VDM

Notre-Dame du Pré

Construite au Ve siècle sur l'emplacement de la tombe de saint Julien, cette église de l'ancienne abbaye Saint-Julien a été totalement rebâtie aux XIe et XIIe siècles.
Par la pureté de son style, les sculptures de ses chapiteaux et l'intimité de sa crypte, cet édifice reste le plus beau monument roman du Maine. Un jardin d'inspiration médiévale l'entoure. Toutes les plantes qui le composent étaient utilisées dans la pharmacopée de l'époque.

La Maison-Dieu de Coëffort


Cet Hôtel-Dieu a été construit vers 1180 sur ordre du roi Henri II, en expiation de l'assassinat de Thomas Becket, l'archevêque de Canterbury. L'extérieur, quelque peu massif et sans décor, dissimule en réalité une œuvre toute en finesse : trois vaisseaux parallèles sont séparés par des colonnes qui portent des voûtes d'ogives à 13 m du sol.
Le célèbre trésor de Coëffort, l'un des trois plus beaux ensembles d'orfèvrerie civile médiévale qui nous soit parvenu, y a été découvert en 1953. II sera de nouveau visible avec l'ouverture du musée archéologique.

Tourisme & Animation du Patrimoine - Ville du Mans

© Tourisme & Animation du Patrimoine - Ville du Mans

Abbaye de l'Epau

fondée par la reine Bérengère de Navarre.


L'abbaye de l'épau

L'abbaye de la Piété-Dieu de l'Épau, fondée par la Reine Bérengère en 1229, est l'une des toutes dernières fondations cisterciennes de France. La souveraine repose en ces murs, si proche de la ville qu'elle a tant aimée.
La construction est basée sur le dépouillement architectural sensé favoriser la méditation et l'élévation de l'esprit.

Les Valois


Le Mans est aussi le berceau de la dynastie royale des Valois. Jean II le Bon, roi de France en 1350, est né en 1319 au château du Gué-de-Maulny. Ce château a été détruit pendant la guerre de 100 ans.
La chapelle royale qui l'accompagnait a été reconstruite à proximité du palais des comtes du Maine. Elle sera détruite au XVIIIe siècle.


Posté par SicLuceat à 23:12 - - Permalien [#]